Quand les intégristes catholiques parlent de la Libre Pensée

Publié le 23 Janvier 2010

L1784.jpgLa revue « Monde et Vie » est issue de la mouvance nationalo-catholico-intégriste. Elle consacre son numéro du 9 janvier 2010 à pourfendre « Les sectaires du laïcisme ». Elle s’en prend particulièrement à la Fédération nationale de la Libre Pensée, à la Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) et à la Ligue de l’Enseignement qu’elle qualifie de « secte qui a réussi ».

Ne résistant pas au plaisir d’en informer les visiteurs du site de la Fédération Nationale, nous publions ci-dessous ce que les intégristes écrivent sur la Libre Pensée. C’est en quelque sorte l’hommage du vice à la vertu. Contrairement à beaucoup de nos détracteurs, les nationaux-intégristes ont pris la peine de se renseigner un peu sérieusement et n’enfourchent pas les contrevérités largement répandues sur la toile par nos adversaires, aussi ignorants que malveillants.

Sous le titre « la Libre Pensée prisonnière de son sectarisme », on peut se délecter de ses propos : « De toutes les organisations laïcistes, la Libre Pensée est sans doute la plus sectaire et la plus virulente. A en juger par ses slogans éculés, on pourrait croire que les libres penseurs ne réunissent plus qu’une poignée de maniaques de l’athéisme. Il suffit de voir qui préside la fédération pour comprendre qu’il n’en est rien….

Parmi les textes fondateurs, on trouve ainsi notamment Gambetta, et sa fameuse apostrophe : « Le cléricalisme, voilà l’ennemi » ; ou encore les interventions de Danton, Combes, Ferry, etc… On signe les pétitions pour que « le nom de Robespierre soit officiellement inscrit dans le patrimoine topographique de la capitale » (ce qui est d’ailleurs le cas puisqu’il a une station de métro [1]). Et dans nombre d’interventions, on n’hésite pas à pousser le mot d’ordre qu’on croirait d’un autre âge : « Ni dieu, ni Maître ! A bas la Calotte ! Et vive la Sociale ! ».

À noter aussi que les membres de la Libre Pensée sont passionnés par l’histoire de l’Église – ou plutôt par une certaine vision de l’histoire de l’Église, qui les voit évoquer, jusqu’à plus soif, le prétendu silence de Pie XII ou la Doctrine sociale de l’Église. Ou étudier le débaptême ou le blasphème. eglise-ecole.jpgEnfin, ils militent pour la laïcité et quelques autres grandes causes, telle la réhabilitation des fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale, dont ils ont l’occasion de défendre la mémoire lorsqu’ils sont, par exemple, reçus à Matignon, comme en janvier 2008.

A noter enfin que la Libre Pensée est membre de l’Internationale humaniste et laïque, et du Comité International de Liaison des Athées et des Libres Penseurs, et qu’un certain nombre de ses membres appartienne à la maçonnerie.

Sa Commission administrative nationale regroupe aussi bien des politiques que des universitaires, des pacifistes que des syndicalistes. Son président actuel est l’ancien secrétaire général de FO, Marc Blondel. Autour de lui, on trouve, par exemple, l’historienne de sensibilité marxiste-léniniste, Annie Lacroix-Riz ; l’ancien Grand Maître du Grand Orient, Jacques Lafouge ; Salamero Joaquim, président d’honneur, qui fut un des initiateurs, en son temps, de l’Union des anarcho-syndicalistes ; l’ancien député socialo-communiste de Vendée, Philippe Puaud ; ou l’universitaire Jean-Marc Schiappa, spécialiste de Gracchus Babeuf ».

Il est à remarquer que dans ce gigantesque réquisitoire contre les « laïques », il y a des absences remarquées, notamment celle des Torquemada de banlieue qui sévissent sur la toile en faisant, en permanence, le procès du tout venant. Il faut dire, à leur décharge, qu’ils ne sont toujours pas descendus de cheval depuis 732 à Poitiers et qu’ils partagent, avec les nationaux-intégristes, les mêmes émissions sur Radio-Courtoisie. La haine commune du musulman explique sans doute cette sympathie réciproque et partagée.

32_pics_ziza.jpgÀ l’autre bout du goupillon catholique, une autre offensive se fait jour. Les « modernistes » s’en prennent à la Libre Pensée et aux procès que nous avons intentés et gagnés à Limoge, Ploërmel et Wandignies-Hamage. Cela fait, selon ses « bonnes âmes » le jeu des intégristes catholiques, car « en contestant, au nom de la séparation de l’Église et de l’État, la légalité des subventions, les défenseurs de la Libre Pensée apportent de l’eau au moulin des catholiques purs et durs qui prêchent pour un retour aux sources de la religion. (Populaire du 9 janvier 2010) ». Pas moins…

Paul VI avait dit, en son temps à propos de l’œcuménisme, « qu’il y avait plusieurs troupeaux, mais qu’il n’y avait qu’un seul pasteur ». On voit ici, qu’il y a plusieurs discours catholiques, mais qu’il n’y a qu’un seul adversaire : la Fédération nationale de la Libre Pensée. Nous tacherons d’être digne de cette haine cléricale.

Christian Eyschen

 

[1] Faux, car elle se situe à Montreuil dans le 93.NDLR

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #Christianisme

Repost 0
Commenter cet article