Articles avec #lutte des classes tag

Publié le 16 Février 2015

Pour alimenter la réflexion de tous, nous vous proposons un article de notre camarade et ami ; Jean Marc Schiappa.

Article à paraitre dans le prochain Bulletin de la Libre Pensée de paris
"" Charlie or not Charlie, that is not the question.

Apprendre en direct l’assassinat de dessinateurs est un choc que des millions de gens ont partagé. Devoir admettre, par exemple, que Cabu « le grand Duduche » de nos années de lycée, est mort assassiné est cruel. Des jours de folie et de consternation. Une émotion légitime.
Nous ne savons pas les tenants et les aboutissants de ces crimes, de tous ces crimes de ces quelques jours. Et ce n’est pas la confirmation a posteriori de la revendication de l’assassinat par un groupe à l’étranger qui nous fera changer d’avis. Dans ces hypothèses, tout est possible, même le plus ignoble.
Ce sur quoi nous voulons insister est sur ce qui s’est passé après, The day after comme disent les Américains, en sachant que je n’épuiserai pas le sujet.
On dit que la liberté d’expression ne se partage pas, que le droit à la caricature est indispensable, etc, etc. Toutes choses auxquelles nous souscrivons mais alors pourquoi quand un journal marocain publie une caricature de Hollande en nazi, les officiels français s’insurgent-ils ? N’y a-t-il pas deux poids et deux mesures ?
Dans les rassemblements, on trouvait, incontestablement, une écrasante majorité de gens indignés et émus (car une manœuvre politique d’ampleur n’est possible que sur la base d’un sentiment de masse qu’il faut utiliser et dévoyer). Mais il n’y avait pas que cela, loin s’en faut. Dans cette grande marche républicaine et œcuménique, majestueuse et pacifique, sur laquelle soufflait l’Esprit (saint ?) du 11 janvier, qui tenait à la fois de la descente des Champs-Elysées par de Gaulle en 1944, de la ruée sur les grands magasins à l’ouverture des soldes et du carnaval de Dunkerque, on a vu des drôles de choses. Des policiers applaudis un peu comme on applaudissait les paras sur le Forum à Alger en mai 58. On a vu dans ce rassemblement du peuple français (en général, c’est la terminologie qu’utilise la petite-bourgeoisie quand elle se retrouve), des drapeaux israéliens. S’il y avait eu des drapeaux palestiniens ou algériens, on aurait crié au communautarisme. N’y a-t-il pas deux poids et deux mesures ?
On a vu, au premier rang, outre le pathétique Sarkozy, tout ce que l’Univers compte de corrompus, de tortionnaires, de censeurs, ceux qui bombardent le Mali avec ceux qui censurent en Turquie, les néo-nazis ukrainiens et les dictateurs africains. Le ministre américain de la Justice (ne pas dire le ministre de « la justice américaine », cela n’existe pas) n’est venu que le matin, il devait certainement établir les nouvelles statistiques d’enfants noirs tués par ses services. Ce même monde de dirigeants, manifestant sous la banderole invisible « au rendez-vous des assassins », s’est retrouvé aux obsèques du Roi d’Arabie saoudite, le grand démocrate qui fait fouetter en public les blogueurs (au nom de la liberté d’expression sans doute) et qui finance les réseaux terroristes (cela est devenu un secret de polichinelle). A propos de terroristes et de Daech, il y a un tout petit problème (ou quelques-uns, ne chicanons pas) : après avoir été créé par les services américains au moment où la chute du « dictateur sanglant » El-Assad (faut-il republier les discours de Fabius et de BHL, dans son rôle habituel de chien de cirque bien dressé et bien pomponné ?) était indispensable et après que l’impérialisme changea de stratégie, la créature échappa à son créateur. Du Golem à Frankestein, la chanson est connue. Et Daech sème la terreur, la mort et la destruction (détruisant des pièces historiques et archéologiques rares, dans la lignée de ce que fit l’armée américaine en Irak) mais Daech vend du pétrole. Enormément de pétrole. Que Daech vende du pétrole est dans sa logique (il faut financer une guerre), le problème est de savoir qui achète du pétrole à Daech ?
En France, pays des droits de l’homme, la police interroge des enfants de moins de dix ans ; l’administration suspend des enseignants, au mépris de tout règlement. Ce sont les enfants et les enseignants qui sont la matrice du terrorisme, c’est bien connu. Mais, les terroristes, les vrais, on apprend après (toujours « après ») qu’ils étaient connus et surveillés. Merah, les frères Kouafi, Coulibaly (de Paris), Coulibaly (de Nice). Tous connus et surveillés mais tous passant à travers les mailles du filet. Comme dans toute tragédie shakespearienne, le grotesque n’est pas loin : un type attaque avec un couteau trois militaires armés et ce sont deux employés du tramway, si j’en crois la presse, qui le maitrisent. Nous sommes protégés, vous dis-je. Ou peut-être faut-il habituer la population à la présence de soldats en armes, en tenue camouflée (dans les rues de Paris, c’est d’un utile !) ?
On somme tout musulman (à quoi le reconnait-on ? je suggère qu’ils portent un signe distinctif comme, je ne sais pas, disons, un losange vert) de désavouer les attentats. Tous coupables. Si ce n’est toi, c’est donc ton frère. Tous les musulmans sont identiques, interchangeables (on a du mal à les reconnaitre, peut-être ?), chiite, sunnite, pratiquant ou non le ramadan, du Maroc ou de Barbès, Bourguiba le musulman, Nasser le musulman, et tant d’autres qui ont fait avancer la laïcité et le droit des femmes dans leurs pays, Ben Laden, l’épicier en bas de chez vous, tout çà, c’est la même chose, kif-kif. On a l’impression qu’ils viendraient tous d’un même pays imaginaire : la Musulmanie, comme le dit très justement une interview dans Le Courrier de l’Atlas.
Mais quand une milice chrétienne a enlevé une française en Afrique (elle fut libérée et tant mieux !), a-t-on demandé aux chrétiens de désavouer ? A chaque plasticage en Corse, dois-je créer une page facebook « not in my name » ou, plus précisément, « micà cù me » ? On cherche le bon musulman, le musulman modéré, comme on cherchait hier « le bon nègre » , en un mot, le « harki ». Ah, s’il y avait eu plus de harkis, on aurait gardé l’Algérie et on n’en serait pas là !
Cette folie collective est créée et entretenue par l’Etat et ses sommets, aux relents xénophobes revendiqués (le 24 septembre 2013, M. Valls a déclaré : « Les Roms sont des populations aux modes de vie différents des nôtres »). Il n’y a pas un jour sur n’importe quelle chaine de télévision sans une émission, un reportage, un entretien sur la question « islam et terrorisme », « j’ai échappé au djihad », « Charlie, un mois après » etc.
Rachida Dati n’est pas une amie politique, loin s’en faut, ; je combats ses idées, sa politique, le blingbling people etc mais, son témoignage est précieux : elle a indiqué (et elle est doublement bien placée pour le dire) que c’est dans l’élite (les gens qui s’appellent ainsi) que le racisme est le plus grand. Le racisme est toujours un racisme de la classe possédante utilisant la petit-bourgeoisie effrayée. Il s’agit des déclassés en Allemagne d’après 1918, des bobos en France, ceux qui sont leurs propres patrons, ceux qui sont dans la création, la com’, la pub’, qui ouvrent un restau light-bio-cuisine du monde en faillite dans trois mois, qui sont terrorisés parce que la crise économique va les frapper durement et qui tournent leur haine avec un réflexe de petits blancs). La lutte de classes, décidemment, n’a pas disparu.
Certains essayent de réfléchir, de garder leur lucidité, surtout, ne pas hurler avec les loups. Qu’ils en soient remerciés. Ils n’ont pas remplacé leur cerveau par le doigt de la télécommande ni leur réflexion par une minute de silence (ah ! tiens, voila une belle invention, aussi : au moment où il faut parler, expliquer, argumenter, surtout dans les lycées et collèges, on demande de se taire. Réfléchissons à ce paradoxe : la défense de la liberté d’expression s’est manifestée par une minute de silence !).
Parfois, cela prend la forme d’un dessin. Un journal que je n’apprécie pas, Le Monde, publie un dessin dans son édition du 10 février : le 1er personnage dit « j'ai troussé un petit texte pour défendre la laïcité » et il tend un papier au 2e personnage en ajoutant « de la nostalgie ! du sentiment ! de l'engagement ». Le 2e personnage lit et dit « Bon...çà sent tellement le catéchisme bobo condescendant que même à moi, athée convaincu, çà me donnerait envie de faire le djihad » .
D’autres ont expliqué (désolé, je ne trouve plus la référence exacte) que choisir le slogan « je suis Charlie » était une erreur de taille parce que, de fait, cela demandait à chacun des musulmans vivant en France, de choisir entre un journal qui les offense (ce qu’ils ont le droit de penser) et … un journal qui les offense (ce slogan exclue également les autres victimes, au passage). Résultat, la grrrrrande marche du 11 était étrangement homogène ; une fois de plus, l’analogie avec les manifestations pro-Algérie française auxquelles les musulmans étaient conviés, à grand renfort de camions de parachutistes, vient à l’esprit.
Nous, libre-penseurs, entretenons avec Jean Baubérot un dialogue, respectueux et constructif ; respectueux parce que nous ne sommes pas toujours d’accord mais que l’anathème n’est pas de mise, constructif parce que Baubérot sait de quoi il parle. Son interview dans l’Express du 6 février explique que l’action de politiques depuis des années « donnerait un Etat non plus laïque mais partiellement athée. Or, dans la loi de 1905, l'obligation de neutralité est faite à l'Etat et à ses représentants, pas aux citoyens. ». Il prend l’exemple du « foulard » (en théorie, c’est un petit morceau de tissu, c’est devenu quelque chose d’aussi dangereux que la guerre thermonucléaire, à en croire certains) : « Il s'agissait d'une interdiction limitée aux élèves mineurs des écoles publiques. En dehors, le port du foulard restait légitime. Or, pour obtenir cette interdiction, on a procédé à une dénonciation globale du foulard, traduit comme étant toujours un outil de soumission de la femme... » et il ajoute « La laïcité est utilisée à géométrie variable, et de façon plus sévère et injuste envers l'islam. En 2010, le FN a d'ailleurs fait de la laïcité l'une des pièces maîtresses de son argumentaire identitaire ». A méditer…
Pour les libre-penseurs, toutes les religions se valent et doivent être combattues ; pour un libre-penseur authentique, il est indigne de mettre sur le même plan Mme Bettancourt, Mme Chirac, M. Arnault de LVMH, M Bolloré et la femme de ménage des gares SNCF ou le livreur de supermarchés (peu importe leurs religions respectives ou leurs opinions philosophiques). En fait, on tape toujours sur la partie la plus exploitée et la plus opprimée du prolétariat en France, celle qui n’a pas accès aux plateaux télévisés où on papote doctement, celle qui n’a pas de compte en Suisse, celle qui ne parle pas correctement français et qui se bat pour que les enfants aillent à l’école, celle dont les enfants, justement, servent de traducteurs dans les réunions parents-professeurs, celle dont les enfants savent déjà que leur avenir est fait de marasme et de chômage. On essaierait de diviser la classe ouvrière qu’on ne s’y prendrait pas mieux.
Un libre-penseur sait, par l’Histoire, par la pratique, par la vie de tous les jours, que la laïcité est un combat démocratique, non d’exclusion mais d’égalité.

Jean-Marc Schiappa "

Charlie or not Charlie, that is not the question

Voir les commentaires

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #lutte des classes

Repost 0

Publié le 7 Juillet 2012

Ce texte est a d'abord été publié dans notrre revue nationale ; la Raison

 

 

par Yannis Youlountas *

 

* écrivain Franco-Grec, adhérent de la LP81

membre du comité de rédaction de Siné-Mensuel

et auteur de Paroles de murs athéniens (Editions Libertaires, 2012)

 

Dimitris Christoulas aimait les brochettes d’abats et le petit vin rouge qui se boit frais en Attique. Il avait milité toute sa vie pour une humanité plus juste et plus éclairée. Homme de Gauche, né dans les années 30, Dimitri avait grandi dans le bruit des bottes : celles du Général Metaxas poussant dehors celles de Mussolini, puis celles du collaborateur Tsolakoglou dans les sinistres bals nazis, ou encore, malgré la Libération, celles des troupes royalistes suivies de près par celles des émissaires britanniques et américains qui, déjà, ne respectaient pas les vœux de souveraineté du peuple grec. Vingt ans plus tard, c’était au tour des bottes de Gust Avrakotos, l’agent de liaison de la CIA, dans l’ombre de celles du Colonel Papadopoulos, pour une nouvelle opération stratégique visant à empêcher la gauche radicale d’arriver au pouvoir.

Dimitris avait ensuite fêté la fin de cette époque douloureuse qu’il espérait révolue avec ses fils et sa fille, lors d’un concert inoubliable de Mikis Théodorakis à Athènes, en 1975, qui l’avait ému aux larmes. Il avait repris tranquillement sa profession de pharmacien de quartier, mais continuait sans relâche à militer pour de nouveaux droits sociaux, sans jamais abandonner l’éducation populaire, la recherche d’alternatives et le débat public sur des questions lui tenant particulièrement à cœur. Parmi celles-ci, la lutte contre le racisme prenait une dimension particulière, notamment en raison de sa participation à la protection sanitaire et sociale des réfugiés venus le plus souvent d’Albanie, dans les années 90.

Son dernier combat, dans les années 2000, alors qu’il venait de prendre sa retraite bien méritée, était l’avènement en Grèce d’une véritable laïcité à la française. Dimitris était un grand amoureux de la France rebelle et de ses réalisations politiques, même incomplètes ou inachevées : Révolution, Commune, Séparation des Eglises et de l’Etat, Front populaire, programme du CNR, etc. Durant cette dernière période, il s’était rapproché des rares et persévérantes associations de promotion de la laïcité – diabolisées outrageusement par l’Eglise orthodoxe – ainsi que des anarchistes d’Exarcheia, en première ligne sur ce sujet et bien connus pour leurs positions athées radicales. Il désirait que les grands moments de l’existence, de la naissance à la mort, puissent se passer du pouvoir religieux et même de son moindre témoignage. Particulièrement émouvantes, ces années de débats et de luttes en Grèce rappelaient celles qu’avait connues la France, un siècle auparavant. Quelques Franco-Grecs contribuaient à leur niveau à ce passage de relais symbolique, parfois de façon assez singulière. Moi-même, j’avais par exemple obtenu le soutien de ces mêmes associations audacieuses ainsi que du journal satirique grec « To pontiki » (« La souris », équivalent grec de Siné-Mensuel) pour poursuivre le pope et l’Eglise d’Ano Ilioupoli (sud-est d’Athènes) qui s’était permis de baptiser sans mon consentement mes enfants nés d’une maman grecque avec laquelle j’étais divorcé. Leurs grands-parents, comme souvent là-bas, avaient été manipulés par l’Eglise orthodoxe toute-puissante, qui croyait encore pouvoir faire n’importe quoi des petites têtes brunes. C’était un fait sans précédent et paraît-il blasphématoire, que de poursuivre ainsi l’institution et ses représentants. J’avais finalement obtenu publiquement des excuses du pope et de la paroisse et, surtout, le non-changement du prénom de ma fille à l’état-civil (sans quoi elle se serait brutalement appelée avec un nouveau prénom à l’âge de six ans sous prétexte que le sien n’était pas jugé orthodoxe). Nous avions grassement fêté cette première avec tout ceux qui m’avaient aidé, parmi lesquels des camarades de Dimitris. Ces  têtes brûlées perdues dans un pays très clérical étaient des amoureux de la liberté, gauchistes, anars, écolos et laïcards, qui n’avaient pas froid aux yeux et ne craignaient pas la marginalité par rapport à l’opinion dominante ! C’était durant le printemps 2000, et quel printemps ! Au même moment, à quelques centaines de mètres de là, Dimitris manifestait, paraît-il, devant la mairie d’Athènes, pour qu’un crématorium puisse voir le jour. Douze ans plus tard, ce crématorium n’existe toujours pas mais, parmi d’autres conquêtes, la mention de la religion a enfin été supprimée des pièces d’identités helléniques, au terme d’innombrables pressions tous azimuts, notamment venues de France.

 greek.jpg

La Grèce de Dimitris était le pays où le taux de suicide était le plus bas sur le continent, avec une qualité de vie qui faisait la réputation des Grecs. Ce taux vient brutalement de doubler entre 2010 et 2012. Les retraites et les salaires ont été diminués en quelques semaines de plus de 40% et parfois jusqu’à 65%. La misère frappe désormais toutes les familles. La prostitution s’étend aux étudiantes et, de plus en plus, aux femmes mariées. Des cas d’évanouissement d’enfants dus à la faim sont régulièrement signalés dans plusieurs écoles du pays, alors que les cantines ferment les unes après les autres. Les hôpitaux sont obligés de refuser un quart des entrées, fautes de moyens. Suite à la diminution de moitié de sa retraite et à la hausse de ses charges, Dimitris ne voulait pas être bientôt réduit à mendier ou à fouiller les poubelles pour survivre. Il ne voulait pas non plus être une charge pour ses enfants et se savait atteint d’un cancer. Ce mercredi 4 avril, au matin, Dimitris Christoulas s’est rendu une dernière fois devant le parlement où il avait l’habitude d’aller manifester et, vers 8h45, s’est tiré une balle dans la tête. Dans ses poches et chez lui également, il a laissé un message* expliquant qu’avec quelques années en moins, il aurait peut-être tourné l’arme vers l’un de ces gouvernants scélérats qui contribuent au pillage de la Grèce et à la torture de son peuple. Sa certitude est que ces tyrans et leurs amis banquiers finiront un jour comme Mussolini, lynchés par la foule exaspérée.

 

Dimitris ne voulait pas d’office religieux et désirait être incinéré. Sa dépouille a donc dû être expatriée en Bulgarie pour être prise en charge par un crématorium, chose encore impossible en Grèce. Depuis le souvenir de cette balle qui a retenti dans Athènes, la colère gronde à nouveau, plus que jamais. Les murs d’Athènes en témoignent, mêlant souffrance, révolte et utopie.

 

Y.Y.

 

* La police grecque n’a pas voulu dévoiler le contenu de sa lettre (dont l’existence a été signalée à la famille par les premiers secours), mais sa fille Emmy, profondément choquée et aidée par le voisin et ami de son père (Adonis Skarmoutsos) a rapidement retrouvé le double chez lui. 

Voir les commentaires

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #lutte des classes

Repost 0

Publié le 17 Octobre 2010

FÉDÉRATION DE PARIS DE LA LIBRE PENSÉE

10-12 rue des Fossés-Saint-Jacques

75005 Paris - Tél. : 01 46 34 21 50

 

 

COMMUNIQUE

 

 

                                        "Je suis jeune, tendez moi la main",  Arthur Rimbaud

                                                                                                                                            

 

La Libre Pensée, plus vieille association de ce pays, combat tous les esclavages et tous les dogmes.

 

La Libre Pensée a compté dans ses rangs Victor Hugo, Victor Schoelcher, abolitionniste de l'esclavage, Ferdinand Buisson et Aristide Briand, rédacteurs de la loi laïque de 1905 et Jean Jaurès.

 

Combattant contre tous les dogmes et contre toutes les répressions, la Libre Pensée est du côté de toutes les révoltes.

 

La Libre Pensée salue, avec émotion, la généreuse levée en masse de la jeunesse  de ce pays qui combat pour le retrait de la "réforme" des retraites.

 

La Libre Pensée salue cette révolte de la jeunesse, digne de la jeunesse de la Révolution française, de la Commune de Paris, de la Résistance, du refus des guerres coloniales.

 

La Libre Pensée condamne, avec force, la répression policière ayant déjà abouti à de graves blessés.

 

 La Libre Pensée est du côté de la jeunesse contre toutes les forces obscurantistes.

 

                                                                           93c9a2ce-1b96-11dd-8169-aa97eea5a4bd.jpg

 

Paris, le 16 octobre 2010

Voir les commentaires

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #lutte des classes

Repost 0