Publié le 25 Août 2014

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #Illustrations

Repost 0

Publié le 22 Août 2014

« La rencontre des jeunes de la Libre Pensée s'adresse aux jeunes de toutes catégories, de toutes conditions, de toutes origines. »

 

« L'Homme est la mesure de toute chose » (Protagoras)

 

Un ventre affamé ne peut être libre. Le droit à un vrai travail, à un vrai salaire, et en relation avec leurs qualifications et diplômes, est donc la condition première de la liberté. La liberté, c’est le moyen d’être ce que l’on veut être.  Être libre, c'est être soi. On aspire à la liberté pour construire un monde meilleur et se construire dans ce mouvement. La liberté de conscience est la première des libertés. La loi de 1905 de Séparation des Eglises et de l'Etat, la garantie pour chaque citoyenne et citoyen en instaurant la laïcité, concept universaliste pour le combat de l'émancipation humaine  est la conception la plus élevée de la liberté.

 

Emancipation totale sur tous les plans :

 

  • Pouvoir chercher en toute liberté à se construire intellectuellement, comme on le souhaite, pour ce que l’on souhaite. Jean Rostand, Président d’honneur de la Libre Pensée, disait: « Former les esprits sans les conformer, les enrichir sans les endoctriner, les armer sans les enrôler, leur communiquer une force dont ils puissent faire leur force ».

 

  • Choisir ses actions et ses combats et ne se les faire imposer par personne.

 

  • Aimer qui on veut, comme on veut et quand on veut, entre individu consentants. Ne pas subir les interdits et les dogmes de la bien-pensance et la pensée unique.

 

  • Refuser les guerres et le militarisme en sachant que les massacres et la barbarie ne règlent rien et débouchent toujours sur d’autres guerres et d’autres barbaries.

 

  • Refuser que les religions qui passent dirigent l’Humanité qui dure. Réfuter tous les dogmes quels qu’ils soient. Agir pour qu’aucun cléricalisme n’interdise aux êtres humains de se comporter comme ils le souhaitent. L’avènement des monothéismes a figé l’Humanité dans des dogmes qui ont mis sous le boisseau et dans les fers la liberté de conscience et bien souvent la liberté tout court. Sans liberté de pensée, sans liberté de conscience, comment l’Humanité peut-elle être maîtresse d'elle-même ?

 

  • Refuser l’exploitation capitaliste qui  assujettit les individus à la recherche du profit pour une minorité.

 

  • Refuser que le génie humain sous toutes ses formes (culture, sciences, savoirs, arts, etc…) puisse être remis en cause par des impératifs d’ordre économique et financier. Aucune limite ne doit être assignée à la recherche du progrès humain.

 

Nous combattrons de toutes nos forces pour :

 

Le plein respect de la liberté de conscience et du libre examen. Le respect de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat instituant la laïcité, c'est-à-dire l'égalité entre tous les citoyens.

 

Le droit à l'Instruction pour tous dans la tradition de l'Ecole républicaine laïque, le maintien des diplômes nationaux qualifiants avec leur reconnaissance dans les Conventions collectives et les Statuts de la Fonction publique.

 

Le droit imprescriptible à un vrai travail, un vrai salaire.

 

La liberté d’aimer et de vivre sa sexualité.

 

Garantir une recherche scientifique libre et indépendante, notamment des intérêts financiers ou militaires.

 

Défendre le droit aux soins pour tous à une médecine de qualité.

 

La garantie de l'accès à l'IVG et le droit de mourir dans la dignité.

 

Liberté pour la culture et pour les arts, aucune censure de quelque nature.

 

L'antimilitarisme, qui refuse la guerre, les massacres et les violences au profit d’intérêts particuliers.

 

Pour la pleine Egalité femmes-hommes dans tous les domaines, maintien et rétablissement des conquêtes sociales permettant de tendre vers cette égalité.

 

Le système actuel a une seule logique : l'assèchement. Toujours moins d’acquis, de moyens, de culture, de savoirs, en un mot : de libertés. Ce monde hostile à toute aspiration digne sent toujours la poudre, le cléricalisme, et l’exploitation, en deux mots : un monde barbare. Ce monde nous le refusons, nous le combattons ! Nous voulons un avenir fertile !

 

Nous voulons, comme le réclamait la Commune de Paris, un monde sans intérêts financiers, exploitation économique, militarisme et cléricalisme. Nous voulons un monde où chacun sera libre de penser ce qu’il veut, de vivre comme il veut, d’aimer comme il veut ; un monde sans dogme.

 

Ce monde, il nous appartient, il vous appartient de le construire ensemble. Voilà les principes et les combats de la Libre Pensée, ne sont-ils pas les vôtres ? Venez en débattre avec la Libre Pensée.

 

Ni Dieu, ni maître ! A bas la calotte et vive la Sociale !

 

« Soyons rebelles ! » (Marc Blondel, Président de la Libre Pensée 2007-2014)

 

Nancy, au Congrès National de la Libre Pensée, les 8 et 9 juillet 2014.

 

Manifeste des jeunes de la Libre Pensée

Voir les commentaires

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #jeunes

Repost 0

Publié le 22 Août 2014

En cette veille de l’anniversaire de l’assassinat de Jean Jaurès au Café du Croissant, la Fédération nationale de la Libre Pensée tient à rendre un hommage vibrant au grand leader pacifiste.

 

Demain, tout le monde va y aller de sa larme sur le dirigeant socialiste (à une époque où ce mot avait encore un sens) pour tenter de récupérer à son profit l'image positive de celui qui est mort à cause de ses idées. Surtout pour tous ceux dont les idées sont mortes depuis longtemps.

 

Jean Jaurès refusait la guerre et militait pour que la classe ouvrière unie fasse barrage à cette barbarie par la grève générale dans tous les pays. Ce n’est, sans doute, pas cet aspect de Jaurès qui va être glorifié à foison ce 31 juillet 2014.

 

Les mêmes laudateurs oublieront que l’assassin Raoul Villain fut lié au Sillon, le mouvement du chrétien-démocrate Marc Sangnier. Celui-ci sera d’ailleurs un témoin de moralité au procès de l’assassin. Le criminel sera acquitté et la veuve de Jaurès condamnée aux dépens. Mais l’assassin sera rattrapé par l’Histoire pendant la Guerre d’Espagne où les Républicains lui feront acquitter l’addition de son crime. Ils oublieront aussi que Jean Jaurès fut traité d’agent de l’Allemagne (comme Lénine) pour mieux calomnier son combat.

 

Tout ce que les laudateurs ne diront pas sur Jaurès, vous pourrez le trouver sur le site de la Libre Pensée http://www.fnlp.fr/spip.php?article1068 qui a consacré son émission de France Culture du 13 juillet 2014 à rappeler certains faits contre les calomniateurs d’hier et les faussaires d’aujourd’hui.

 

Ils ont tué Jean Jaurès pour permettre la Grande boucherie impérialiste

 

Jean Jaurès fut le premier exécuté pour l’exemple de 1914-1918. Le militarisme a dû passer sur son cadavre pour que  l’Europe et le monde s’assassinent mutuellement. Le militarisme tuera aussi des millions d’hommes et dans le lot, les généraux français feront fusiller pour l’exemple 650 soldats français tombés sous les balles françaises.

 

Ces Fusillés pour l’exemple n’ont toujours pas été réhabilités par la République. Le Président de la République François Hollande a même renié son engagement électoral et son vote comme Président du Conseil général de la Corrèze pour cette réhabilitation collective.

 

Malgré tous les mensonges, les reniements et les manœuvres, la Libre Pensée fera en sorte que la République (nous sommes aussi la République) réhabilite collectivement les Fusillés pour l’exemple.

 

La Libre Pensée va mener une action résolue pour qu’un monument en hommage aux Fusillés pour l’exemple, victimes de la guerre, soit érigé sur la ligne de front. Elle lancera cette campagne notamment par une souscription à l’occasion de la centaine de rassemblements pacifistes autour du 11 novembre 2014.

 

Les 13 et 14 décembre 2014, à Soissons dans l’Aisne, nous ferons aussi le procès symbolique des généraux assassins, car s’il faut rendre justice aux victimes, il faut aussi  juger les coupables de ces meurtres barbares.

 

 

Nous sommes aussi la République !

Nous rendrons justice aux victimes de la guerre !

Nous réhabiliterons les Fusillés pour l’exemple !

 

Craonne, le 30 Juillet 2014

 

 

en illustration, un portrait de Jaures par Hansi Brémond

 

Jean Jaurès fut le premier exécuté pour l’exemple de la Guerre de 1914-1918

Voir les commentaires

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #anti militarisme

Repost 0

Publié le 22 Août 2014

Dans un message reproduit par la presse, M. Kader Arif, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la défense, chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, salue le 1 er août 1914 et la mobilisation générale dont il donna le signal à la fois sur le front et à l’arrière. Il considère que commémorer ce jour, c’est « se souvenir de l’unité nationale de toutes les femmes et de tous les hommes réunis au son du tocsin ». C’est célébrer la solidarité entre les soldats, la République finalement triomphante. C’est se rappeler que cette journée est l’une de celles qui fit la France et qui jalonne le chemin vers l’Union européenne, donc vers la paix (cf. le combat de Jaurès) et vers la réconciliation.

Décidément le centenaire de la guerre de 14-18 est en train de se révéler comme la source inépuisable des commentaires les plus extravagants, où les envolées chauvines infantilisantes sont de nouveau à l’honneur cent ans après.

Si l’on en juge par ce qu’a écrit M. Kader Arif, le délire patriotique, dans une version à peine modernisée, est de nouveau à l’ordre du jour.

Au point qu’au tableau d’honneur des élucubrations les plus consternantes sur le sujet, il peut raisonnablement espérer décrocher la timbale ou le premier accessit.

Il fallait en effet oser écrire que célébrer le 1er août 1914 c’est « se souvenir de l’unité nationale de toutes les femmes et de tous les hommes réunis au son du tocsin ».

De quoi parle M. Kafer Arif ?

De ces femmes en pleurs, de ces hommes désemparés, la peur au ventre, de ces enfants au regard éperdu ?

Toutes les études d’historiens faites depuis ces événements qui en ont établi la brutale réalité, loin des chromos d’époque dus à une presse aux ordres, n’auraient donc servi à rien ?

On apprend aussi que se souvenir du 1 er août « c’est se rappeler que la République et ses valeurs ont su triompher de cette guerre » !

M. Arif oublierait-il l’état de siège, la censure généralisée, les libertés suspendues, les colonies saignées, et, last but not least, le traité de Versailles qui, pour suspendre le conflit, tailla dans la chair des peuples, découpant des territoires à la hache, et qui portait en lui les terribles événements de la deuxième guerre mondiale ainsi que « la nuée porte l’orage » ?

« Républicain » ce résultat ? Comme oser énoncer une telle contre-vérité ?

Sans vergogne, M. Arif, qui ratisse large, englobe dans son « hommage » Jaurès et son combat pour la paix.

Ben voyons ! Pourquoi se gêner ? Jaurès, le premier exécuté pour l’exemple, annexé à la glorification de la Guerre dont il avait annoncé le caractère monstrueux et contre laquelle il a lutté jusqu’à son assassinat !

M. Arif justifie la guerre de 14-18 qui eut lieu, d’après lui, « pour que la France reste debout » !

On croit rêver.

« On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels » disait Anatole France.

Il s’agissait de conquérir et/ou de préserver d’immenses marchés coloniaux, sources de surprofits gigantesques.

Toute l’eau de rose prodiguée par M. Arif ne saurait effacer la répugnante réalité des faits de cette guerre qui coûtera à l’Humanité plus de 10 millions de morts, des millions de mutilés, des centaines de milliers de traumatisés psychiques, des millions de veuves et d’orphelins.

Sans compter les immenses destructions de villes, de terres arables rendues stériles pendant des décennies etc. etc.

Le monument aux morts de Saint-Martin d’Estreaux dans la Loire porte inscrit à son verso un texte pacifiste dont chaque mot est un démenti des propos tenus par M.Arif.

 

SI TOUT L'EFFORT PRODUIT ...

ET TOUT L'ARGENT DÉPENSÉ POUR LA GUERRE

L'AVAIENT ÉTÉ POUR LA PAIX ...?

POUR LE PROGRÈS SOCIAL, INDUSTRIEL ET ÉCONOMIQUE ?

LE SORT DE L'HUMANITÉ SERAIT BIEN DIFFÉRENT.

 

LA MISÈRE

SERAIT EN GRANDE PARTIE BANNIE DE L'UNIVERS, ET

LES CHARGES FINANCIÈRES QUI PÈSERONT SUR LES GÉNÉRATIONS

FUTURES, AU LIEU D'ÊTRE ODIEUSES ET ACCABLANTES ...

SERAIENT AU CONTRAIRE

DES CHARGES BIENFAISANTES DE FÉLICITÉS UNIVERSELLES.

 

Rien, dans ce qu’écrit M.Arif, qui s’approche un tant soit peu de ce jugement sans appel.

Aurait-il oublié de se renseigner ou ment-il délibérément?

Nous avons constaté aussi que le président de la République au Hartmannswillerkopf avait « oublié » qu’à deux pas du lieu de sa rencontre avec son homologue allemand il y a un cimetière où se trouvent de nombreuses tombes de « fusillés pour l’exemple », « victimes de la rage du militarisme ».

Pas un mot ne fut prononcé en faveur de ces laissés pour compte du bilan officiel de la guerre !

C’est pourquoi, la Libre Pensée a décidé de procéder à la réhabilitation de tous les « fusillés pour l’exemple » au nom des citoyens qui sont aussi la République.

« Maudite soit la guerre. Et ses auteurs ».

La fédération de la Libre Pensée de la Loire

5 août 2014

 

La terrifiante réalité de la guerre de 14-18 et le roman à l’eau de rose de M. Arif

Voir les commentaires

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #anti militarisme

Repost 0

Publié le 22 Août 2014

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #Illustrations

Repost 0

Publié le 22 Août 2014

Voici un courier signé de plusieurs associations laiques et envoyé aux conseillers généraux de la Sarthe.

 

Mesdames et Messieurs les conseillers généraux,

 

En octobre dernier le Conseil général adoptait « le Plan collège performant » qui actait la rénovation, plus que nécessaire, de 20 collèges sarthois entre 2015 et 2030. Depuis nous avons appris que le montage financier envisagé pour la première tranche de travaux comprenait un partenariat public-privé. Celui-ci concernerait 4 des 9 établissements de la première tranche. Il s'agit des collèges Henri Lefeuvre d'Arnage, Jean Cocteau de Coulaines, Marcel Pagnol de Noyen et du collège du Maroc au Mans.

Ayant à l'esprit une longue liste de dérapages déjà constatés dans des opérations similaires, nous tenons à vous faire part de notre profonde inquiétude. On peut ainsi citer le cas de l'hôpital d'Evry dont les malfaçons et la hausse des coûts ont des conséquences désastreuses sur les finances publiques et sur le service public en lui-même. Il existe aussi le précédent catastrophique du « Pentagone français » prévu pour accueillir le ministère de la défense, dont le coût initial était de 745 millions d'euros et est désormais estimé à 3,5 milliards.

Même lorsqu'il n'y a pas de dérapages, il est établi aujourd'hui de façon très largement partagée, que les PPP reviennent beaucoup plus cher au contribuable que toute autre forme de financement direct par la collectivité territoriale, et se traduisent par une dégradation de la mission de service public au sens large.

Par ailleurs le PPP soulève d'autres problèmes. Si l'autorité qui passe commande est publique, le propriétaire des locaux pendant vingt ans, est une entreprise privée. Celle-ci organise donc comme elle l'entend la maintenance et l'entretien des locaux. Elle peut donc décider de privatiser ces activités et pourquoi pas celles de restauration et d’hébergement. On peut aussi se demander si dans les années qui précéderont la cession des locaux à la collectivité territoriale, le propriétaire privé apportera toute l'attention voulue à l'entretien des dits locaux. Le CG risquerait donc de se retrouver propriétaire d'établissements fortement délabrés pour lesquels il faudrait d'urgence prévoir un nouveau plan de rénovation.

Nous soussigné-es, enseignant-es, parents d'élèves, ou simples citoyen-nes partageons les craintes exprimées par certains élus du CG et estimons que, dans l'intérêt du service public et celui du contribuable, il est préférable de renoncer à ce projet pour envisager un financement plus classique.

Voir les commentaires

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #laïcité

Repost 0