Manifeste pour la liberté de conscience

Publié le 13 Juillet 2011

L’Humanité est née libre.logo_Oslo-RVB-3.jpg

La nature n’a créé ni titres, ni religions, ni Eglises,  ni censure, ni propriété. L’Humanité est devenue elle-même en sortant de la préhistoire dans un long combat contre les terribles épreuves de la planète qu’elle ne connaissait ni ne comprenait.

Echappant peu à peu aux contraintes et aux entraves, y compris aux entraves et contraintes que l’Humanité avait créées, celle-ci dut, pour elle-même, affirmer ses droits.

Les droits de l’Humanité ne se sont ni affirmés ni arrachés contre d’autres prétendus « droits », d’origine inconnue.

Ils existent parce que l’Humanité existe.

Les droits de l’Humanité sont des « vérités évidentes en elles –mêmes »

Le premier de ces droits, la première de ces libertés est le droit de penser librement.

Cette liberté première et fondamentale s’appelle la liberté de conscience.

En effet, avant les Eglises, il y a l’Humanité.

En effet, au dessus des Eglises, il y a l’Humanité.

Dieux, Eglises, superstitions, dogmes sont des créations humaines et rien d’autre.

 

Toujours plus de conscience

« Plus de lumière ! » 

A des siècles de distance, nous faisons nôtre la dernière phrase de Goethe. La liberté de conscience, c’est la liberté pour l’Humanité d’examiner et de s’examiner

L’Humanité est faillible et perfectible parce qu’elle est dotée de raison, donc de critique.

Ce que l’Humanité a fait, elle peut le défaire.

Les générations successives ne peuvent s’enchaîner mutuellement et éternellement.

A la différence des Eglises, l’Humanité libre et consciente a refusé, refuse et refusera l’infaillibilité.

Ce qui est bon pour les Papes n’est pas bon pour les hommes.

L’Humanité est perfectible, c’est-à-dire qu’elle peut se corriger et s’améliorer ; elle ne considère pas le paradis comme un passé coupable et révolu ni comme un avenir inaccessible et mythique mais comme une action de tous les jours, permise par la liberté de conscience.

Nous pouvons dire après Protagoras que « l‘homme est la mesure de toute chose »

Le génie humain est illimité. Capable de diviser la plus petite des cellules de l’Univers, il est aussi capable de modifier sa propre structure, de partir à la conquête des planètes, de travailler sur l’origine du monde et de réfléchir à son propre avenir.

Il est, hélas, capable de programmer sa propre destruction.

Le destin de l’Humanité est le projet de l’Humanité et Prométhée, le révolté, a eu raison d’arracher le feu à ceux qui en étaient les possesseurs d’après la Mythologie pour le donner aux hommes. Il est la métaphore de l’humanité en lutte pour son émancipation.

Affirmant la liberté de conscience, ce qui n’est pas autre chose que la liberté de l’Humanité, l’Humanité s’est heurtée toujours aux dogmes religieux

Chaque fois que l’Humanité a avancé, quelle que soit la manière, et qu’elle a affirmé ses droits, les Eglises ont condamné.

 

Lire la suite

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #appel

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article