Défendre l'école publique

Publié le 7 Juin 2015

Motion n°1 du congrès de la fédération sarthoise de la Libre pensée – 6 juin 2015

adoptée à l'unanimité

 

Réunis le 6 juin 2015 en congrès, les adhérents de la Libre pensée de la Sarthe ont fait le point sur leur campagne pour l’abrogation de la loi Debré.

 

Ils se félicitent de l’écho important rencontré par la pétition nationale exigeant l’abrogation de la loi Debré de 1959 de financement de l’enseignement privé par l’état.

 

Alors que l’article 2 de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, loi dont nous célébrons cette année le 110ème anniversaire affirme que l’Etat « ne reconnait, ne subventionne ni ne salarie aucun culte », La Loi Debré constitue la matrice de tout l’arsenal de lois anti-laïques qui l’ont suivie. Elle contraint, au mépris de la loi de 1905, au subventionnement des cultes via le financement public des écoles privées confessionnelles.

Chaque année, ce sont 10 milliards d’euros de fonds publics qui sont détournés au profit de l’Église catholique et de ses œuvres !

  • Pour la région des pays de la Loire, et pour la seule année 2014 « la région a versé 114 233 213 € aux établissements privés et 1 996 209 € » aux associations liées à l’enseignement privé soit un total de 116 229 971 euros ! Chaque année les mêmes délibérations sont reprises. Depuis le début de l’année 2015, on compte déjà 95 545 839 € versés à l’enseignement privé.
  • Le budget de la ville du Mans pour l’année 2015 nous apprend que la commune donne 404 000€ aux écoles maternelles privées ainsi que 630 000€ aux écoles élémentaires privées !
  • Dans le relevé de décision de la commission permanente du conseil général datée du 23 février 2015 on peut lire en point 13 « Soutenir l'enseignement Privé ; Il est proposé à la Commission permanente de répartir : - le forfait d'externat collèges privés part personnel entretien à hauteur de 1 886 801 €, […] - Accord de la Commission Permanente. »

Ce subventionnement permis par la loi Debré, prolongé et aggravé par les lois Rocard, Astier, Guermeur les accords Lang-Cloupet, doit cesser ! Les lois anti-laïques à commencer par la loi Debré doivent être abrogées !

A cela s’ajoute des subventions plus discrètes. Dans le journal Ouest France du 13 février 2015, on apprenait ainsi qu’une députée de la Sarthe attribuait une partie de sa réserve parlementaire à l'APEL de l'école Notre-Dame-Saint-Joseph… Quand une conseillère départementale, pour sa part, attribue en 2015 une partie de sa dotation « sports et culture » à des Organismes de gestion d’écoles privées.

Fidèles au serment de Vincennes adopté, au nom des 10 813 697 signataires de la pétition pour l’abrogation de la loi Debré, lors de la manifestation du 16 juin 1960, la Libre Pensée réaffirme son attachement au principe : Fonds publics à l’école publique ! Fonds privés à l’école privée !

 

La politique visant à développer l’enseignement privé confessionnel sur l’ensemble du territoire via les milliards de fonds publics versés à ses établissements s’est accompagnée dans le même temps de nombre de lois et mesures qui ont mis à mal l’enseignement public laïque.

Aujourd’hui, l’école de la République est à nouveau menacée par un train de nouvelles réformes dans le cadre de la loi Peillon dite « de refondation de l’école ».

Celles-ci ont comme caractéristiques communes de remettre en cause le cadre national des programmes et des diplômes, de promouvoir l’autonomie des établissements, chacun se dotant de son projet pédagogique propre (à l’image des écoles privées) dans le cadre d’un projet éducatif territorial.

 

En maintenant et en renforçant la loi Debré les gouvernements successifs de tout bord, démolissent l’école laïque, gratuite, publique et obligatoire.

Ainsi en est-il de la réforme du collège imposée de force par le gouvernement le soir même de la manifestation du 19 mai des enseignants. Cette réforme réduit les horaires des enseignements disciplinaires, en supprime certains, laisse à chaque établissement le soin de la mise en place d’enseignements ou d’activités différents dans le cadre des EPI représentant prés de 20% du temps scolaire….

 

Ainsi en est-il de la réforme des rythmes scolaires dans le 1er degré qui disloque l’organisation du temps scolaire différente d’une école à une autre, d'une commune à une autre, alourdit la journée scolaire, crée la confusion entre scolaire et péri-scolaire, et remet en cause l’égalité républicaine ; les activités dites péri-éducatives étant fonction des moyens dont disposent les communes et qu'elles veulent bien "investir".

Sur certaines communes le fait est que ce temps est devenu payant et sans contrôle autre que celui de la mairie ; toute association postulante peut se voir donner le droit d'intervenir auprès des élèves sans plus de contrôle. Qu'en va-t-il de l'égalité quand dans une commune on organise un jeu de ballon et que dans l'autre on mette en œuvre des projets artistiques subventionnés avec intervention de plasticiens ?

 

Dans ce contexte, la fédération sarthoise de la Libre Pensée apporte son soutien aux enseignants qui dans leur immense majorité rejettent ces réformes .et en demandent le retrait

 

Elle invite tous les défenseurs de la laïcité de l’école et de l’Etat à participer à la manifestation organisée par la Libre Pensée le samedi 5 décembre 2015, à Paris, pour exiger l’abrogation de la loi Debré.

Défendre l'école publique

Rédigé par Libre Pensée 72

Publié dans #laïcité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article